Étymologiquement l’écologie est la « science de la maison ». Alors comment vivons-nous cette écologie relationnelle avec notre partenaire ? En quoi notre relation est-elle polluée et comment vivre plus écologiquement à deux ? Écologie de couple et écologie environnementale vont de pair : l’harmonie du couple est un facteur favorable pour le respect de son environnement. En effet, dans notre relation n’avons-nous pas tendance à être un sur-exploiteur qui prend pour acquis  tout ce que l’autre apporte ? Ne manquons-nous pas parfois de considération envers lui ? Et ne le blessons-nous pas en ne tenant pas compte de sa sensibilité et de sa nature profonde ?

Qu’est ce qui pollue notre relation ?

Petit à petit, insidieusement, sans l’avoir vraiment voulu ni en avoir vraiment pris conscience, nous pouvons laisser notre espace relationnel se polluer et l’harmonie de la période de l’amour romantique va donc se voiler et se ternir peu à peu. Ainsi, l’air de la relation devient de plus en plus irrespirable. Il est donc important de repérer les signaux d’alerte !

  • Quelle est l’ambiance générale de notre couple ? la vie y est-elle monotone, routinière, triste… Il y a-t-il des périodes de silence, de « grand froid » entre nous ?, la communication est-elle réduite aux besoins de la vie quotidienne.
  • Suis-je indifférent à la vie de l’autre ? tout ce qui fait ses joies, ses peines, tout ce qui l’intéresse, tout ce qui lui pèse ?
  • Est-ce que je n’oublie pas de le complimenter ? de porter un regard émerveillé sur sa présence pour moi, de ce qu’il fait pour moi ? Ai-je encore des attentions, des gentillesses, des tendresses pour lui ?
  • Quels sont mes sentiments par rapport à la relation ? rancœurs, pesanteurs ? lourdeurs ? jalousie ? insécurité ? manque de confiance ? impression de vide ? d’être sur des « rails parallèles » ? absence de projets et d’activités en commun ? est-ce que je me sens utilisé(e), sacrifié(e) ?
  • Comment est-ce que je me comporte dans la relation ? suis-je agacé ? est-ce que je fais des reproches ? est-ce que je critique ? suis-je méchant ? ironique ? persifleur ? violent avec des insultes et des disputes ? est-ce que je cherche à « faire mal » à l’autre ?
  • Est-ce que je fuis la relation ? sommes-nous dans l’ excès de sorties communes ?  « jamais seuls tous les deux » ? activités pour s’évader… écran télé et Internet, sorties avec les copains(ines), workalcoolic, sport à outrance, engagements et occupations de toutes sortes ?

Tous ces symptômes de pollution altèrent plus ou moins profondément la qualité de notre relation. En prendre conscience, identifier ceux qui génèrent les sentiments les plus fortement négatifs et décider d’en parler à deux sera le début d’un travail de dépollution.

Décider que notre relation n’est pas une décharge :

Après cette prise de conscience de tout ce que je mets de « négatif » dans l’espace de la relation, je peux décider de prendre ma part de responsabilité et agir pour que cet espace devienne un lieu de qualité. En effet, je peux cesser de continuer à y projeter toutes sortes de choses négatives, je vais vouloir émettre volontairement des ondes positives au lieu de mettre en exergue instantanément « tout ce qui ne va pas chez l’autre ! ». Ainsi, en faisant de la sorte des petits pas positifs pour notre relation elle va peu à peu s’assainir, l’environnement sera plus sain, l’air entre nous deux sera plus respirable, plus agréable. Et cela deviendra un cercle vertueux : « Plus l’air de la relation sera respirable, plus l’ambiance sera calme, sereine, accueillante, bienveillante, empathique, plus je m’y sentirai bien et pourrai m’y épanouir. Alors moi et mon partenaire aurons envie de faire des efforts pour que cela continue ! »

2 propositions pour dépolluer oxygéner et rendre notre relation « écolo » :
  1. Un émerveillement réciproque : S’émerveiller de la présence de notre partenaire. C’est un cadeau de la vie pour nous… accueillons sa présence dans notre vie telle qu’elle est Ici et Maintenant et écrivons lui : « Je me réjouis que tu sois là pour moi dans ma vie, je mesure tout ce que tu me donnes.  Aussi je me réjouis de te voir t’épanouir. Je veux être bienveillant(e) pour toi et je choisis de t’aimer tel(le) que tu es en appréciant tout ce que tu es et tout ce que tu m’apportes. Et pour cela si nous écrivions à notre partenaire une lettre d’amour ?
  2. Une conjugaison de dynamiques harmonisées:
  • Donner et recevoir: offrir gratuitement sans attendre de contrepartie. Et accepter le cadeau reçu, l’accueillir, exprimer gratitude et reconnaissance
  • Nous accueillir dans notre complémentarité réciproque : La Nature vit et s’enrichit de la grande diversité de ses composants et des échanges entre eux (arbres, pollinisation des fleurs par les abeilles, …). Complémentaires nous nous révélons dans le miroir de l’autre. Ainsi, dans l’écoute, l’aide réciproque nous développons animus et anima… la relation nous enrichit, nous épanouit et nous aide à découvrir et à développer « qui nous sommes ».
  • Fidélité dans la durée : Comme les plantes dont nous prenons soin, que nous entretenons, élaguons, arrosons, nourrissons, notre relation pour rester vivante à besoin que l’on prenne soin d’elle, que l’on prenne du temps pour elle, que l’on soit patient. Elle évoluera et sera alors chaque jour  plus belle.

Si nous nous efforçons ainsi de dépolluer «L’espace Entre Nous », si nous le respectons, en prenons soin, y mettons du positif, alors l’air y sera plus sain, plus pur, plus propice à l’amour. Nous vivrons alors, sans doute, dans une meilleure  écologie relationnelle.

mattis tempus felis massa id commodo

Pin It on Pinterest

M