Faire du 1er mai, un jour sans travail !

Osons en ce 1er mai (fête du travail, quel paradoxe !) oublier nos contraintes professionnelles. Soyons fous ! Osons même éteindre totalement nos outils connectés pour vivre une journée à deux loin de tout, faire une activité de couple, un jeux à deux, se faire des surprises, … Chiche ?

Fêter le travail, une drôle d’idée aujourd’hui où certains parlent de la société des loisirs ?

Non, car avoir un travail en 2019 est une chance vu le taux de chômage très élevé dans notre pays. S’il est d’abord un moyen de subsistance essentiel, le travail peut être aussi un lieu d’épanouissement personnel, mais pas toujours… Et si nous faisions de cette fête du 1er mai, une occasion pour faire un point sur sa place dans notre vie personnelle et dans notre couple?

La place du travail dans le quotidien du couple

Une enquête du cabinet Technologia indique que le travail tient – au quotidien – la place la plus importante pour plus de 60% des salariés interrogés. Et pourtant la quasi-totalité de ces salariés (96%) souhaiterait faire d’autres choix de vie. Les salariés sont tiraillés entre l’importance qu’ils accordent à leur travail et celle qu’ils donnent à leur vie privée, familiale, de couple.

Horaires élastiques, travail en soirée ou de nuit, sommeil réduit, le travail s’invite à la maison et peut mettre en danger l’intimité du couple. Difficile de résister au travail… le sommeil, la vie privée, la sexualité servent alors de variables d’ajustement. Mais à quel prix ? culpabilité, conflits, troubles sexuels, séparation du couple, si on n’y prend pas garde !

Quelle frontière intime peut-on construire ?

L’espace de la maison, le temps de l’amour ? Comment résister au débordement quand la vie de couple, de famille, remplissent ce besoin de stabilité ?

Les temps de vie sont multiples : temps de travail, en famille, en couple, avec les amis, activités sportives, culturelles, sociales, etc… Ces temps s’entrelacent, se partagent, s’articulent, essaient de s’équilibrer.

Le temps accordé à la discussion et à la parole sur le travail au sein du couple, la formulation des contraintes, la connaissance de celles de son conjoint, la capacité à se représenter le travail réel de l’autre, sont autant d’éléments permettant de mettre la vie professionnelle à distance et d’en ressentir les interactions positives avec la vie privée et de faire des choix à deux sur les projets professionnels de chacun.

Bénédicte Vital , conseillère conjugale

 

Praesent leo. risus. lectus id mattis adipiscing at sem,

Pin It on Pinterest

M