Le numérique a rendu les sphères privées et professionnelles poreuses dans les dimensions à la fois spatiales et temporelles : le smartphone à usage personnel et professionnel, le télétravail sur la table du salon 50% des cadres reconnaissent travailler fréquemment le soir, la nuit sur leur temps personnel. Permise par la multiplication des outils de communication numérique, cette intrusion nuit au sommeil et à la vie intime et sexuelle pour 80% d’entre eux.

Et si nous tentions un arrêt sur image, un état des lieux, chacun, au cœur de notre couple ?

Combien de temps passe-t-on chacun sur ces outils ? Que ressentez-vous à l’égard du smartphone de votre conjoint ?

Comment est votre “connexion de couple” ?

Nos émotions sont ce que nous avons de plus précieux. Elles nous définissent, nous permettent de garder notre libre arbitre. Nous avons besoin de temps, d’espace pour les montrer, les exprimer. Rien ne pourra compenser le temps passé ensemble, à échanger, à écouter les ressentis et inquiétudes de son conjoint, l’échange d’idées et de projets. Toutes ces choses qui favorisent l’attachement en couple, qui le renforce.

Se connecter à l’instant présent, c’est nous permettre de nous connecter à l’autre, d’identifier ses besoins, de voir quand il a besoin de nous.

Passer d’un ressenti de temps subi à un ressenti de temps choisi ensemble.

Récemment, un couple en voie de « déconnexion numérique » m’expliquait qu’ils avaient pris conscience que s’ils laissaient leur téléphone en veille lors de leur sortie restau, leur cerveau comprenait : « Reste vigilant. Sois prêt ! On ne sait jamais… ». Depuis, ils ont une baby-sitter en laquelle ils ont toute confiance et ils laissent leur téléphone à la maison lorsqu’ils sortent en amoureux, leur donnant un sentiment de liberté et d’intimité de couple.

Bénédicte Vital , conseillère conjugale

 

accumsan consequat. id, odio pulvinar facilisis elementum risus. commodo

Pin It on Pinterest

M