Xavier et Claire sont en couple depuis 27 ans. En 2019 ils ont décidé de participer à un stage Imago pendant 4 jours pour prendre du temps ensemble afin d’approfondir leur relation. Nous leur avons posé quelques questions pour mieux comprendre ce que leur a apporté ce stage.

Qu’est-ce qui vous a amené à décider de prendre un temps pour votre couple ? 

Claire : Après toutes ces années de mariage, j’ai ressenti un fort éloignement entre nous : la vie professionnelle très dense pour chacun mais surtout pour lui, le passage d’un cycle de vie important (le départ de la maison de tous les enfants), le vieillissement avec ce qu’il entraîne en termes d’acceptations (accepter son corps, son âge, les changements dans la relation conjugale) et de fait l’installation d’une routine dans les fonctionnements individuels et conjugaux…. Tous ces éléments ne sont pas aidant pour la vie de couple. J’ai expérimenté que nous communiquions mais trop souvent de choses extérieures. Nous étions en train de passer à côté de « nous ». Enfin, j’avais bien conscience que nous vivions ensemble depuis 27 ans, et que nous étions probablement partis pour vivre encore ensemble une trentaine d’années, si tout va bien ! La perspective de ces trente prochaines années, dans cet état de relation et de communication, fades, routinières et donc insipides m’a fait horreur et peur ! Il y avait urgence de mon point de vue. Je ne voyais plus notre proximité, j’envisageais difficilement la suite. 

Xavier : Claire a toujours eu à cœur que nos relations et nos échanges soient plus profonds. En cette matière, Claire est plus exigeante que moi. La proposition Imago, quoique je n’en connaisse rien, semblait l’enthousiasmer. Je lui ai fait confiance. 

Était-ce une envie réciproque ou plus de l’un de vous ? 

Claire : C’est moi qui l’ai proposé à Xavier, ne lui cachant pas cet état d’urgence que je vivais et ce besoin de changer les choses. 

Xavier : C’est ainsi que cela s’est passé. Mais je ne partageais pas cette dramatisation.

Pourquoi se tourner vers l’Imago ? 

Claire : Parce que plusieurs de mes amies, avec lesquelles je travaille sur la communication non violente depuis de nombreuses années, m’en avaient parlé quelques années auparavant. Ce sont des amies de grande confiance, plus âgées que moi et leurs arguments avaient été assez explicites et déterminants. Je me rappelle qu’à l’époque, je n’en avais pas ressenti l’envie ni le besoin probablement. J’étais aussi très tentée de faire un stage qui dure plusieurs jours à la suite, afin de le vivre comme une immersion. Enfin, ce qui fut déterminant, ce fut le côté a-confessionnel de l’imago. Je souhaitais un discours et une approche qui prend en compte toutes les dimensions de l’être humain. Surtout pas un discours ou le naturel et le surnaturel sont enchevêtrés, avec parfois une tendance à donner une image très idéalisée du couple, très coupée de sa réalité humaine. 

Xavier : N’ayant aucune information sur Imago je ne peux répondre à cette question.

Pouvez-vous nous dire comment cela s’est déroulé ? 

Claire : Nous avons commencé par nous disputer de bon matin en partant au stage ! J’étais désespérée et assez pessimiste en silence dans la voiture, et en même temps d’autant plus consciente de l’intérêt de suivre ce stage. J’avais très peur de sa réaction, car Xavier est très exigeant (à juste titre) et quand il prend de son temps (professionnel) pour aller suivre une formation, quelle qu’elle soit, il attend et souhaite y trouver de la pertinence, de l’intelligence et de la finesse !! C’est ce qui me fait dire que ces stages imago sont riches et pertinents. Fort de cette exigence, Xavier a de suite adhéré à la méthodologie, aux formateurs, aux discours et enfin à l’exercice, à savoir au dialogue Imago dont on vous propose assez rapidement de faire l’expérience. Pour moi, son adhésion fut un cadeau et une invitation à me laisser pleinement vivre le stage à ses côtés (je me rends compte que j’avais une certaine pression de fait !). 

Le stage Imago dure 4 jours et ceux-ci sont organisés autour d’apports réflexifs et théoriques des formateurs qui invitent dans la foulée à vivre un dialogue en couple afin de travailler et avancer sur le thème mis en exergue précédemment. Petit à petit, on entre dans les dialogues, avec une montée en puissance dans les thèmes abordés. Les formateurs ainsi que des accompagnateurs, des  conseillers conjugaux ou thérapeutes formés à l’imago, nous accompagnent, spontanément ou à notre demande,  dans les dialogues en passant de couples en couples. 

Xavier : Partant vers l’inconnu et d’un naturel sceptique, je me suis placé en observateur pour chercher à comprendre la justesse de cette approche très méthodique du dialogue imago. Assez rapidement j’ai vu que le principe était sain et pertinent. Une méthode stricte voire, un protocole d’échange, afin d’éviter toute stratégie d’évitement dans le dialogue ou toute tendance à tomber dans le triangle de Karpman. La méthode peut paraître rébarbative, peu spontanée tant le protocole est strict, mais il est libérant en fin de compte.

Quels ont été les moments qui vous ont frappé et pourquoi ? 

Claire : Certains dialogues ont été particulièrement forts et m’ont permis de découvrir « l’enfant intérieur » de Xavier. Ce fut émouvant et intense car cela lui a permis autant qu’à moi, de mieux se connaître, et cela nous a offert de nous reconnecter l’un à l’autre via des fils auxquels nous ne nous attendions pas. J’ai été amenée à porter un nouveau regard d’amour sur lui, et à lui accorder beaucoup de compréhension et de pardon, celui-ci se découvrant dans ses fragilités, ses blessures, en vérité. 

Xavier : les dialogues ont été intenses, authentiques, permettant de dépasser les habituelles routines de dialogue. Ils permettaient aussi de comprendre les non-dits qui auparavant freinaient la communication en déjouait l’authenticité. L’épouse ou l’époux devient le miroir bienveillant dans lequel on approfondit une connaissance de soi partagée.

Comment est-ce que vous avez vécu ce stage Imago ? 

Claire : un peu comme une deuxième lune de miel !  J’ai redécouvert mon compagnon. J’ai renoué avec lui. J’ai retrouvé le chemin des échanges avec lui et retrouvé la paix. J’ai donc très bien vécu ce stage, sans aucune frustration ni attente non satisfaite. J’ai été au contraire stupéfaite et prise au dépourvu positivement de tout ce que cela m’avait fait vivre. 

Xavier : une étape décisive qui fait franchir une étape décisive dans la connaissance mutuelle. Un agréable moment encourageant pour l’avenir.

Pourriez-vous nous dire ce que cela a apporté à votre couple et à chacun de vous ?

Claire : je crois que le gain essentiel de ce stage Imago c’est la possibilité offerte aux époux de se connaître et se découvrir sur des terrains jusqu’alors inexplorés. Le deuxième gain de ce stage, c’est la connaissance de soi qu’offre les dialogues. En s’offrant comme miroir à l’autre pendant les dialogues, on lui permet d’aller explorer en lui des zones inconnues, et les verbalisant ce sont autant de ponts et de liens qu’il tisse avec lui-même et avec l’autre.  Nous avons toujours des raisons de nous disputer et de ne pas être d’accord, d’être profondément agacé par l’autre, mais nous savons maintenant autre chose de l’autre et de notre relation, car nous l’avons entrevue et avons dialogué ensemble sur cette autre chose. De fait, ces dialogues ont permis une forte proximité qui continue de nourrir la relation. De mon point de vue, cela a renforcé la confiance, la proximité et l’intimité conjugale. 

Xavier : Même constat, ce qui prouve que ce stage était une bonne idée dont je remercie Claire.

Est-ce que vous le conseilleriez à des couples et pourquoi ?

Claire : je le conseille régulièrement, avec des retours à chaque fois extrêmement positifs des couples qui ont suivi le stage Imago. Je pense que le dialogue Imago est adapté à tout âge et toute situation de vie de couple (divorcés, pacsé, couples homosexuels, veufs remariés etc..) Il permet d’aller de suite à l’essentiel de chacun : il permet de se reconnecter à soi et à l’autre en découvrant son enfant intérieur et celui de son compagnon. Il nous offre donc de ne plus éprouver le besoin de nous arrêter au superflu et aux parasitages de la relation pour nous offrir, quand ça va mal et que la vie nous chahute, de nous reconnecter à cet essentiel que l’autre nous a fait découvrir lors des dialogues. Et ce n’est pas rien !

Xavier : oui, c’est une bonne recommandation à faire aux couples quelles que soient les difficultés qu’ils rencontrent. Car cette méthode permet d’évincer les différents qui polluent la communication dans le couple. Elle recentre sur soi ou sur l’autre et non sur les a priori qui détournent la communication vers des répétitions mortifères, signe d’une incompréhension mutuelle. Elle enseigne une écoute authentique sans jugements interruptifs.

Pour plus d’information découvrez le site Imago France

suscipit Aliquam non id, ipsum lectus dolor. odio

Pin It on Pinterest

M