Ennemis? Ce n’est pas souhaitable même si parfois on a l’impression qu’il n’y a pas d’autre solution. Alors amis? Pas si facile que cela ! Pourtant vouloir rester amis après une séparation par peur du vide ou pour le bien des enfants peut être légitime. Mais n’est- il pas plus réaliste de souhaiter « devenir amis » ? L’important est d’écrire chacun son histoire et de trouver ce qui convient le mieux à chacun.

Le passé ne s’efface pas, il se dépasse      

Aujourd’hui il (ou elle) est devenu(e) notre ex. Or cette personne fait partie de ceux qui nous connaissent le mieux car nous l’avons choisie et aimée. Elle a, à ce titre, beaucoup de valeur et d’importance. Nous avons eu des projets ensemble, nous avons partagé une intimité, une maison, des amis. Nous avons peut-être eu des enfants. Tant de liens nous ont unis qu’il est difficile de rompre. La séparation a pu être apaisée, elle est toujours douloureuse. La peur de couper tout contact peut nous envahir. Il est alors légitime de se demander s’il est envisageable qu’une  relation amicale s’installe après une rupture amoureuse ?

Quelle nouvelle relation construire ?

Cette question fréquemment posée après une rupture peut cacher la peur du vide qui s’ouvre devant soi, sans l’autre à ses côtés. Or être un(e)ami(e) parmi d’autres présente le risque de souffrir davantage. Plutôt que « rester amis » demandons- nous s’il est possible de le « devenir ». Ne nous leurrons pas, il ne s’agira pas d’une amitié comme les autres. Il y a eu avec un ex de la sexualité, des sentiments amoureux, la vie à deux partagée… Tout cela crée des liens et des souvenirs. En outre, avoir eu des enfants ensemble engage à une relation qui ne peut cesser avec la séparation. « Rester amis », le devenir ou choisir une relation apaisée est alors essentiel pour le bien-être des enfants. Il est, quelle que soit la situation, important de prendre son temps pour clarifier la relation et ne pas rester dans l’ambiguïté.

Et si la séparation franche était plus “ raisonnable” ?

Mieux vaut parfois une franche séparation qu’une relation effilochée et peu claire. A choisir de rester à tout prix amis, on peut prendre le risque de souffrir encore plus et d’empêcher la cicatrisation. Se dire «  je ne serai plus jamais avec cette personne, allons de l’avant ! » permet d’entamer un travail de deuil nécessaire pour espérer créer avec elle un nouveau lien. Mais là aussi, tout dépend de la situation familiale et du contexte émotionnel. 

A chacun d’écrire l’histoire de la séparation, seul ou entouré de ses amis, de ses proches et pourquoi pas avec l’aide d’un professionnel, conseiller conjugal ou psychothérapeute.

Pascal Anger, thérapeute de couple

 

diam dolor. Sed Aenean tempus dolor

Pin It on Pinterest

M