La libido n’est pas toujours au top ! Elle est fluctuante. Les émotions, la santé, les évènements extérieurs au couple, les contraintes viennent freiner ou amplifier le désir. Chacun doit essayer de veiller à l’entretenir.

Chercher à comprendre les besoins de l’autre et parler de nos désirs

Entre l’homme et la femme : des attentes différentes. Sans systématiser, on peut tout de même considérer que c’est surtout dans un climat harmonieux et de confiance que les femmes ont le plus envie de faire l’amour. Si, elles n’ont reçu aucune attention propice à une atmosphère amoureuse (paroles affectueuses, services rendus…) leur envie de faire l’amour sera plus faible. De même, l’agressivité de certaines paroles peut bloquer leur désir assez longtemps, parfois jusqu’au soir ! Par ailleurs, le cycle féminin et les changements physiques, physiologiques et psychologiques liés à la maternité, influent sur le désir sexuel.

Pour la femme, il est important psychologiquement de se sentir en sécurité, de ne pas être dérangée et d’avoir du temps pour la relation sexuelle dans le planning : « ce soir, c’est notre soirée ». Elle a généralement un pic de désir au moment de l’ovulation.  Certaines contraceptions (pilule ou stérilet à base de progestérone) peuvent avoir une incidence sur sa libido.

Quant aux hommes, leur sexualité peut être réveillée très rapidement, et ils accordent moins d’importance au contexte sentimental.

Pour les hommes comme pour les femmes, les traitements médicamenteux (hypotenseurs, antidépresseurs, anti-cholestérol), les circonstances de la vie (la naissance d’un enfant, le travail, le chômage, le stress, les problèmes d’argent, la fatigue, la maladie…) peuvent influer sur le désir.

Comprendre le fonctionnement de l’autre dans ces moments là, accepter qu’il ne réagisse pas comme soi, est nécessaire à l’évolution du couple. Il est important que les partenaires ne se reprochent pas les refus aussi bien que les demandes.

« La chambre » est bien le lieu où les conjoints acceptent de se mettre à découvert devant l’autre, s’abandonnent à lui et deviennent donc vulnérables. La confiance mutuelle y est garantie. Chacun s’y sent en sécurité et traité avec respect, affection et tendresse.

La tendresse c’est un mot qui évoque la douceur, la délicatesse, la chaleur du cœur, la complicité. C’est une mosaïque composée d’attentions à l’autre, de prévenance, de bonté pour lui montrer son affection, se mettre à son diapason, le valoriser, le conforter dans son image, l’aider à se réaliser dans l’expérience sexuelle.

Pas de limite dans le respect de chacun

En matière de sexualité, il n’y a pas de limites, ni en bien, ni en mal, ce qui compte ce sont le respect des limites de chacun. La perversion commence là où l’autre ne veut pas aller. Pouvoir dire profondément ses envies ce que l’on souhaite ou refuse sera la chance de se comprendre, de se respecter et de mieux montrer son amour.

Se dire nos attentes et nos ressentis

L’acte sexuel prend toute sa dimension quand les gestes sont accompagnés de paroles avant, pendant et après l’amour. C’est par la parole, en sachant exprimer ses attentes par les mots, que le couple peut « s’accorder » et parvenir au plaisir partagé et à la plénitude. Car les désirs ne sont pas toujours concomitants ni suscités chez l’homme et la femme par les mêmes stimuli.   Savoir et pouvoir toujours dire sincèrement ses souhaits, ses refus est un chemin pour être compris, respecté et donner une chance à l’autre de bien faire l’amour.

Aussi, bien que la sexualité soit le domaine de l’intime par excellence, il est important de pouvoir se dire ce que chacun ressent, les gestes appréciés.  La parole est importante pour guider l’autre. Sans parole chacun donne à l’autre ce qu’il aimerait recevoir (caresses, gestes…) ; ce n’est pas forcément ce qu’il cherche. S’ouvrir à l’autre de ses besoins, de ses désirs, sans attendre qu’il les devine tout seul, favorise grandement l’harmonie sexuelle.

Parler ou guider la main de l’autre, permet de dire non et d’accepter que l’autre dise non. Les amoureux veillent à se respecter dans leurs souhaits et dans les variations de leurs désirs. En particulier, il ne sera jamais demandé au partenaire quoi que ce soit qu’il n’ait pas envie de donner. Cette attitude préserve la sincérité et la vitalité de la relation.

  • La parole ou l’écriture facilite la recherche des solutions en cas de malaise.  S’ouvrir l’un à l’autre permet de s’entraider. Mais certaines difficultés (physiques, psychologiques, expériences passées douloureuses, peurs anciennes…) demandent parfois l’aide d’un tiers : un conseiller conjugal ou un sexologue. Il est conseillé de consulter au plus tôt un spécialiste et de ne pas laisser le problème s’installer, même s’il est difficile de faire cette démarche dans ce domaine aussi intime que la sexualité.
  • Partager, après l’amour, sa reconnaissance pour la richesse des expériences vécues ensemble est bénéfique et fait durer le plaisir.

Faire preuve d’intelligence érotique

Les bons amants sont imaginatifs et érotiques. Les bons amants veulent séduire l’autre et éveiller la libido de leur partenaire. Ils cherchent à être irrésistibles et désirables (un corps attirant, propre, parfumé, …). Pour entretenir le désir, ils pensent à surprendre leur partenaire et à varier les plaisirs. Ils savent créer une rupture avec le quotidien qui stimule l’imagination et les sens qui leur permet de sortir d’une relation routinière et sans nouveautés (promenade dans la nature, dîner aux chandelles, sortie au restaurant, au cinéma ou au théâtre, soirée DVD, soirée massage…). Une activité romantique ou ludique favorise le rapprochement des partenaires. Imagination et érotisme permettent d’éveiller les sens et le désir sexuel, car sexualité et sensualité vont de pair. Pour d’autres les habitudes, l’abstinence, la complicité, l’humour, les surprises, réveilleront le désir, stimuleront les ardeurs.

Etre généreux chacun son tour

Dans la relation sexuelle, chacun a sa part de responsabilité dans l’entretien du désir mutuel, la tendresse donnée, la création et l’inventivité érotique.Chacun, à son tour, lorsqu’il a compris comment l’autre fonctionne peut alors faire preuve de générosité. Pour l’un ce sera d’imposer des limites à son désir, de ne pas faire pression ; pour l’autre de se donner quelquefois malgré la fatigue ou le manque d’envie.

Ainsi l’homme peut maîtriser sa pulsion sexuelle et dire de temps en temps à sa femme : « Je vois bien que tu n’as pas vraiment envie, viens dans mes bras pour un petit câlin, nous ferons l’amour un autre jour ».

La femme saura expliquer quand son désir n’est pas là, dire que cela vient d’elle, ainsi l’homme ne se croira pas rejeté, frustré et encore moins blessé dans sa virilité. Elle aura aussi à cœur de prendre des initiatives à son tour, de lâcher prise.

La relation sexuelle est alors faite de dons réciproques qui conduisent à l’harmonie.

Chantal et Antoine d’Audiffret,  L’Art de Vivre à Deux  Éditions de l’Atelier

Découvrez les 11 conseils à cultiver  pour une sexualité épanouie de Florence Peltier, conseillère conjugale,

 

 

Pin It on Pinterest