Le désir, un moteur puissant

Désirer est un moteur puissant pour vivre, on constate que plus on désire plus on se sent vivant ! Le désir est multiple. Dans le couple, il va se vivre entre autre à travers le désir sexuel. Cette précieuse libido, complexe, se décline au féminin et au masculin et évolue dans le temps

D’où vient le désir ?

« Madame, je n’ai plus de désir pour mon mari » ou  « J’ai commencé une relation avec une collègue car avec ma femme nous n’avions plus de désir ». Ces phrases entendues si souvent incitent à s’interroger sur le désir sexuel. En effet, les désirs nous poussent à rêver, à faire des projets, à entreprendre, à nous dépasser, à construire notre vie. C’est pourquoi, dans une vie de couple, le désir est indispensable. Sans désir, pas de plaisir ! Il vient de très loin dans notre histoire personnelle. Sa genèse remonte aux désirs et aux plaisirs vécus dans notre toute petite enfance. Par la suite, des événements ont pu modifier notre façon de l’accueillir et de le ressentir. Le désir naît à travers tous nos sens : le toucher, la vue, l’odorat, le gout et l’ouïe. A travers eux nous sommes connectés au monde et aux autres. Ils sont donc les premiers canaux du désir. Ainsi la publicité utilise ces ficelles en nous faisant désirer ce que nous ne possédons pas.

Comment s’exprime-t-il ?

Le désir s’exprime et se vit différemment chez l’homme et  la femme. Là réside la subtilité, la difficulté mais aussi la richesse de la vie à deux.   « Femme désirée, femme désirante », livre de D. Flamenbaum en 2006 où le désir est présenté comme intimement interactif. « Me sentant désiré(e)e par mon conjoint, j’aurais encore plus envie de lui ». Frédéric Beigbeder l’a disséqué à sa façon dans son livre « l’Amour dure 3 ans ». Le désir sexuel, comme tous les désirs a une durée de vie assez courte. Apres une période fulgurante, s’il n’est pas entretenu, il stagne puis décline progressivement. Le désir est aussi un mystère. Pourquoi Antoine ressent-il du désir pour Lucie ? Quelle alchimie participe à la naissance du désir ? Les sens jouent un rôle essentiel. Certains parlent plus de la vue, d’autres de l’ouïe d’autres encore de l’odorat. Nous n’avons pas à ce jour de réponse rationnelle. Notre désir, notre pulsion de vie va continuer à nous surprendre !

Et quand le désir n’est plus là ?

La baisse du désir est souvent interprétée comme une baisse de l’amour. Or on a tendance à confondre  les deux alors qu’ils ne sont pas semblables. Une étude réalisée en 2009 indiquait que 53% des personnes interrogées déclarent avoir été confrontées à un trouble du désir. Un problème exacerbé dans notre société hyper sexualisée où le modèle proposé ne correspond pas à la réalité des couples.

pulvinar risus tempus id nec nunc suscipit risus.

Pin It on Pinterest

M