L’érotisme masculin et féminin peuvent être différents ce qui pose parfois problème. Ainsi pour un homme, voir parvenir sa partenaire à l’orgasme est pour lui une source de plaisir intense. Il en éprouve, même, une certaine fierté. Pour la femme comme pour l’homme, le plaisir est très lié à la confiance en l’autre, confiance dans la relation sexuelle et confiance dans les émotions qui y sont associées. Les préliminaires jouent également un rôle important. Amant d’un soir ou homme de sa vie, la condition nécessaire à l’orgasme est la confiance.

Chez la femme

La femme connait deux sortes de jouissance : l’orgasme clitoridien et vaginal. Le clitoris est l’organe érogène par excellence, celui qui donne le plus de plaisir. Chaque femme a son mode privilégié de stimulation. Pour certaines femmes cet orgasme les satisfait et elles s’en contentent. Pour d’autres il n’est pas rare qu’elles passent du plaisir vaginal à la jouissance clitoridienne. Le vagin est également une zone érogène privilégiée mais pas pour toutes les femmes. Contrairement au clitoris qui réagit au frottement, le vagin réagit à la contraction et au relâchement. Ainsi certaines femmes n’atteignent l’orgasme que par la pénétration et ne réagissent pas à la stimulation clitoridienne. Certaines femmes n’ont une stimulation du clitoris que très ponctuelle parce qu’elles se caressent ou utilisent un sextoy. Enfin, grâce à différentes recherches, on sait que le clitoris a des ramifications le long des parois internes du vagin et que c’est l’excitation de ces bulbes qui entrainent le plaisir et l’orgasme.

Chez l’homme

L’orgasme est considéré comme un réflexe du plaisir et de l’excitation. Ainsi lorsque le plaisir est intense, l’orgasme est possible. Chez l’homme, il est décrit comme une vague déferlante suivi d’une pente douce de plaisir. Tous les hommes éprouvent-ils la même chose ? Voilà une question à laquelle seules certaines femmes pourront répondre en fonction des manifestations objectives de leur partenaire. Pour savoir si l’homme atteint l’orgasme le mieux est de lui demander. De plus, il y a des orgasmes différents et des intensités différentes. L’homme peut même en avoir plusieurs grâce au pouvoir de la prostate un point important à stimuler.

Beaucoup d’hommes pensent qu’orgasme et éjaculation sont liés mais il peut y avoir :

  • Éjaculation sans orgasme : cela a lieu lorsque le sphincter s’ouvre sans que les contractions des muscles du périnée accompagnent ce relâchement
  • Orgasme sans éjaculation : cela se produit lorsque les muscles périnéaux se contractent sans qu’il y ait chasse concomitante de sperme vers l’extérieur.

L’éjaculation précoce n’a rien de physiologique, c’est souvent un blocage psychologique. En évacuant le stress, en pratiquant des exercices de respiration et en consultant un médecin si besoin est on finit par en venir à bout. Il arrive aussi des accidents passagers parfois lors des premiers ébats. Inutile de dramatiser les hommes ont trop souvent l’impression de ne pas être à la hauteur alors que ces petits tracas n’empêchent pas la partenaire de prendre du plaisir et de trouver l’orgasme différemment. Un homme éjaculateur précoce n’aura pas un ressenti orgasmique très fort.

Beaucoup d’hommes que je reçois au cabinet pensent qu’une femme ne peut pas vivre l’orgasme si l’acte sexuel ne dure pas longtemps. L’homme doit apprendre à connaitre son périnée et le muscler pour retenir son éjaculation et pratiquer l’in jaculation afin d’accroitre l’intensité de son orgasme. L’in jaculation ce n’est pas magique, il est important pour faire durer le plaisir de faire des pauses dans la pénétration, de ralentir le mouvement. Faire une pause tendresse permet de rallonger les ébats et n’empêchent en rien l’orgasme bien au contraire

Parvenir à l’orgasme en même temps

Si la femme et l’homme parviennent à l’orgasme en même temps, il y a une certaine satisfaction. En effet, cette simultanéité est gratifiante, mais pas systématique. Sa fréquence dépend des couples et des aléas de la vie pour un même couple. L’orgasme c’est une histoire à deux même si ça ne se produit que dans le corps de l’un. La sensibilité, le visage et le corps sont les témoins de la décharge orgasmique pour l’un et pour l’autre. Il existe autant de façon de ressentir la jouissance que de personnes.

Pascal Anger, psychothérapeute, médiateur familial et sexothérapeute

Pin It on Pinterest

M